Avec une hausse de 15 % de son chiffre d’affaires en 2016 et une part à l’export frôlant les 100 %, la joint-venture créée en 2012 par Radiall et ARaymond propulse les deux fleurons industriels parmi les équipementiers leaders de l’automobile à l’échelle internationale.

Comment expliquez-vous les performances de Raydiall depuis sa création en 2012 ?

Raoul Pezet, président de Raydiall : Pour résumer, je dirais que nous nous sommes constitués au bon moment avec des bons produits et des bons acteurs. Raydiall conjugue l’expertise technique de Radiall et la connaissance du marché de l’automobile d’ARaymond. Deux groupes déjà implantés au niveau mondial, qui portent l’ambition de devenir leaders dans la connexion de données dans les véhicules. Face à des géants qui pèsent plus de 10 milliards d’euros, nous avons récolté en 2016 les fruits de nos efforts : l’excellence de nos produits, notre agilité et une grande proximité pour nos clients. Nous avons choisi d’être présents tout près des constructeurs dans leur R&D, que ce soit en Europe ou en Asie, avec des produits à très forte valeur ajoutée, plus faciles à intégrer que ceux des concurrents.

Cette croissance s’est-elle poursuivie en 2017 ?

RP : Cette année, nous avons continué à embaucher, avec désormais 65 personnes sur le site de Voiron. Nous avons créé également deux entités : une à Detroit, capitale de l’automobile américaine, dans les locaux d’ARaymond, et une autre entité en Chine, près de Shanghai, pour le marché chinois des connecteurs et des pistolets de charge des voitures électriques. Nous avons par ailleurs noué des partenariats en Corée et tissé un réseau de sous-traitance en Tunisie. Le marché des voitures connectées et électriques est véritablement en train d’exploser.

Et comment voyez-vous les choses pour 2018 ?

RP : Raydiall devrait démarrer sa production de connecteurs en Chine ainsi qu’au Mexique. Nous envisageons également de nous implanter en Inde, où ARaymond travaille déjà pour le groupe Tata à travers Jaguar Land Rover. Nous allons poursuivre notre stratégie de différenciation en misant davantage sur notre agilité et notre qualité de production, des atouts indispensables pour faire partie des acteurs du marché spécifique de la voiture autonome. Avec de nouveaux locaux sur Voiron et le recrutement de talents, notre objectif est de 23 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018.
R. Gonzalez

http://www.presences-grenoble.fr/actualites-classement-grenoble/leader-export-2017-raydiall-se-connecte-la-voiture-de-demain.htm